Historique du Cap Vert

Ce chaland automoteur ponté a été lancé le 26 septembre 1928 par le chantier Duteil et Cie à Nantes/Roche Maurice pour Georges Belliveau, transporteur fluvial.

Dans l'entre deux guerres, ce chantier produit des bateaux fluviaux évolués et performants (hydrodynamisme, double voûte avant) avec baillage réduit.

Comme souvent dans le bassin de la Loire, l'étrave est légèrement relevée, rappelant ainsi les bateaux de mer nantais.

Le "CAP-VERT" a été aménagé pour le transport de marchandises diverses dans la région de Basse-Loire, sur la Sarthe et dans le bassin de la Maine.

Entre la date de son lancement et aujourd'hui, le chaland change six fois de propriétaire.

Ce sont soit des transporteurs fluviaux, soit des mariniers et entreprises sablières. La "Compagnie Fluviale de l'Ouest", qui exploite le bateau entre 1937 et 1939 témoigne de la forme la plus évoluée de transports en Basse-Loire et dans le bassin de la Maine, avec la messagerie rapide et des bateaux adaptés à ce transport et au fleuve, combiné au remorquage de barges.

En 1939, après s'être appelé "VILLE D'INGRANDE" le bateau devient "CAP-VERT" et demeure transporteur fluvial jusqu'en 1964. La nature de son fret est très variée : messagerie, ardoises, cointreau et huile d'arachide fournie par l'huilerie "CAP-VERT" de Château-Gontier à destination de l'entreprise du même nom de Nantes.

A partir de 1964 le bateau pratique le dragage du sable de Loire pour un propriétaire marinier sablier.

Enfin, en 1970, devenu obsolète du fait de la concurrence du transport par voie ferrée et surtout par voie routière, le chaland est retiré du service et amarré à Saint-Julien de Concelles.

Il y est utilisé comme ponton d'accostage pour bateaux sabliers.

Le "CAP-VERT" a été classé monument historique le 22 septembre 1994.