Historique du Vétille

Le " VETILLE " (ce mot dans la région nantaise signifie " bougeotte ", ne pas rester tranquille), a été construit en 1893 par les chantiers Dubigeon à Nantes, sur le plan de M. Hummel, ingénieur de ces chantiers.

Il semble bien que ce bateau, dessiné en tenant compte de la jauge de course de 1892, soit le premier yacht à voiles français construit en fer galvanisé.

Lors de son lancement, " VETILLE " est un côte aurique pur avec une corne très apiquée, sansmoteur.

La coque est métallique et les tôles galvanisées d'1,5 mm d'épaisseur, assemblées par rivetage.

Le pont, portant un roof en acajou, est également en fer galvanisé.

Ce roof, portant deux hublots en bronze, abrite une cabine assez exiguë dans laquelle il y a cependant place pour deux couchettes séparées par le puit de dérive rétractable et le petit treuil de manœuvre de cette dérive. A l'avant et à l'arrière du bateau, sont placés deux cofferdams étanches, destinés à assurer une flottabilité minimum en cas d'envahissement d'eau de la partie du milieu.

Ces cofferdams sont accessibles par des trappes situées sur le pont, l'une à l'avant et l'autre à l'arrière. Le mât et les espars sont en spruce.

M. Levesque, qui commanda le voilier aux chantiers Dubigeon, fut le premier propriétaire du bateau avant que celui-ci ne change plusieurs fois de mains. " VETILLE " a acquit un bon renom dans la région nantaise : pendant près de soixante années, le voilier participa à de nombreuses régates dans lesquelles il fut souvent vainqueur.

Dans les années soixante, le bateau est délaissé par son propriétaire qui, en 1962, l'abandonne dans une vasière de Noirmoutier, chez un ferrailleur.